Sestrières a joué un rôle clé dans l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006. L’événement a été crucial dans la redéfinition du modèle de développement spatial de la station, laquelle était, depuis sa création en 1934, caractérisée par deux traits spécifiques : le tourisme de neige et la dépendance par rapport à Turin, où la famille Agnelli, force majeure à l’origine de la création de Sestrières, était à la tête des usines de voitures Fiat depuis les années 1920. Pour ces raisons, Sestrières a longtemps été le modèle archétypal de la station de sports d’hiver bien que, de manière surprenante, elle n’ait que peu suscité l’attention de la littérature internationale et nationale. Au regard de la crise profonde qui a entraîné un nécessaire éloignement du modèle traditionnel de la station de sports d’hiver, cet article adopte une perspective territoriale pour étudier la manière dont Sestrières a évolué au cours des principales périodes de changement dans le tourisme alpin jusqu’à la crise actuelle du modèle de station. L’hypothèse ici proposée est que la station est au centre d’un réseau dense de relations territoriales multi-scalaires (avec la métropole, les villes de montagne voisines, les grands flux internationaux), qui constituent à la fois un instrument pour lire et analyser la territorialité de la station et une ressource indispensable dans la redéfinition de ses modèles de développement.

De Ford aux Jeux Olympiques. Le développement d’une station d’hiver emblématique : Sestrières

DANSERO, Egidio;
2012

Abstract

Sestrières a joué un rôle clé dans l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006. L’événement a été crucial dans la redéfinition du modèle de développement spatial de la station, laquelle était, depuis sa création en 1934, caractérisée par deux traits spécifiques : le tourisme de neige et la dépendance par rapport à Turin, où la famille Agnelli, force majeure à l’origine de la création de Sestrières, était à la tête des usines de voitures Fiat depuis les années 1920. Pour ces raisons, Sestrières a longtemps été le modèle archétypal de la station de sports d’hiver bien que, de manière surprenante, elle n’ait que peu suscité l’attention de la littérature internationale et nationale. Au regard de la crise profonde qui a entraîné un nécessaire éloignement du modèle traditionnel de la station de sports d’hiver, cet article adopte une perspective territoriale pour étudier la manière dont Sestrières a évolué au cours des principales périodes de changement dans le tourisme alpin jusqu’à la crise actuelle du modèle de station. L’hypothèse ici proposée est que la station est au centre d’un réseau dense de relations territoriales multi-scalaires (avec la métropole, les villes de montagne voisines, les grands flux internationaux), qui constituent à la fois un instrument pour lire et analyser la territorialité de la station et une ressource indispensable dans la redéfinition de ses modèles de développement.
100-3
1
13
http://rga.revues.org/1839
Egidio Dansero; Matteo Puttilli
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/2318/129228
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact