La voie « initiatique » de la traduction/localisation : le cas des produits agroalimentaires