La peur dans les discours européens : un opérateur d’identité collective ?