Récits-frontières. Les « maux-à-mots » de la migration, ou les calligrammes de l’histoire