« Cardarelli et le soleil des matins d'été : pour une lecture de A Omar Kayyām »