Le Gorgias de Platon et l’Antiope d’Euripide: entre distances formelles et réappropriation de savoirs anciens