« La ‟douceur et l’amertume du silence” : pour une rhétorique de l’indistinct dans le premier chapitre de La Fortune des Rougon